L’homme Emblématique

«D’autres détails de parure me permirent de satisfaire le goût de l’excentricité, qui ne m’avait pas quitté, même temps que d’exprimer cette tendance au froid glacial, à la dureté par laquelle mes essais littéraires étaient toujours marqués, du moins par quelque côté. Ainsi, durant un temps, je portais au poignet   une ficelle étroitement serré en guise de bracelet ; mon revers de veston était orné d’un bout de fil de mer, mis comme le ruban d’une décoration ; au même temps – passionnément désireux de me confondre avec le monde en rompant mes limites ou l’incorporant. Je rêvais de couvrir tout mon corps de tatouages astraux qui auraient illustré – de par leur présence même sur ma peau – cet essai de fusion du microcosme avec le macrocosme. Plus tard, je me fis tondre le crâne et demandait à un peintre de mes amis de me tracer au rasoir  une raie qui portait de la nuque pour aller jusqu’au milieu du front, – image de la figure géométrique que j’avais voulu être, sorte diagramme divin ou de constellation.»

Michel Leiris in “L’Age d’Homme”

André Masson L'homme emblématique

André Masson “L’homme Emblématique” (1939)