مانی

Les dérnieres paroles de Mani* mourant y font d’ailleurs allusion: «Je contemplais mon Double avec mes yeux de lumière

* D’après les manichéens, por rappeler aux âmes leur origine et leur destin lumineux, Dieu a envoyé des profetes, dont le dernier est Mani.

Henri Corbin, “En Islam Iranien”, Tome II, chap. IV, 4.

escher eyeM.C. Escher, “Eye”, 1964. Washington, National Gallery of Art